Categories

Accueil du site > Les activités des classes des PS au CM2 > Du Transsibérien à Daoulas

Du Transsibérien à Daoulas

jeudi 28 novembre 2019, par NDF

Guy Berthou est venu à notre rencontre le 26 novembre. L’ancien instituteur est, en effet, venu mardi pour nous faire partager une expérience très originale, à savoir la traversée de la Russie dans le fameux Transsibérien. Fraîchement retraité, Guy a raconté son périple de 9,200 km pendant 15 jours depuis Moscou jusqu’à Vladivostok, sur la côte de l’océan Pacifique grâce à un reportage photos.

Dans ce train « pas comme les autres », Guy a pu découvrir la Russie, ses paysages dont la grande forêt (Taïga), les immensités de la Sibérie jusqu’au lac Baïkal.

Si le voyageur a pu admirer les paysages et les monuments russes, il a aussi pu rencontrer dans le train des habitants, partis comme lui à la découverte de leur pays immense.

Guy a répondu aux questions des enfants :

« Qu’est ce qui t’a donné envie de faire ce voyage ? »
-  Je voulais faire ce voyage depuis très longtemps pour rencontrer des gens, prendre le temps de découvrir le pays.

« Quel est l’endroit que tu as préféré ? »
-  Le lac Baïkal. Long de 600 km, soit environ la distance de Paris à Brest, c’est aussi le lac le plus profond au monde ainsi que la plus grande réserve d’eau douce de la planète.

« As-tu rencontré des gens dans le train ? »
-  Oui, nous étions 4 par compartiment. Au début du voyage, il y avait une anglaise, des suisses. Puis des russes : Valery et Viktor. Cela fait un an et demi que je continue à échanger des messages avec Viktor. Il y a quelques jours, il est venu chez moi, à Lannilis.

« Que faisais-tu dans le train ? »
-  J’ai beaucoup lu, j’ai parlé avec les gens. Les russes jouent beaucoup aux échecs. Ils ont essayé de m’apprendre à y jouer !

« Pourquoi viens-tu dans les écoles pour raconter ton voyage ? »
-  Pour donner envie aux jeunes de voyager !

« Peux-tu dire des mots en russe ? »
-  Bonjour se dit « privet » ; merci se dit « spaciba ». C’est difficile de lire le russe car ils n’utilisent pas le même alphabet que nous. Ils ont des lettres en plus : c’est l’alphabet cyrillique.

Portfolio